PlayStation

Weisheit besteht darin, dass wir die kleinen Wissensbrocken, die wir uns aneignen, wie die in diesem Artikel über PlayStation enthaltenen, in Beziehung setzen und anwenden können. Wenn Sie also ein wenig mehr über die Informationen wissen, die wir heute über PlayStation haben, kommen Sie der Weisheit ein Stück näher, aber es ist Ihre Aufgabe, zu wissen, wann und wie Sie all die Daten, die wir Ihnen in diesem Artikel anbieten, nutzen. Wir hoffen, dass Sie davon Gebrauch machen werden.

In unserem Bemühen, dir zu helfen, den Weg zur Weisheit und damit zu dem Glück zu finden, das diejenigen, die an Ananda glauben, glauben, dass es schenkt, haben wir versucht, deine Reise durch diesen Artikel über PlayStation so weit wie möglich zu vereinfachen. Sie werden sehen, dass sowohl das Layout als auch die Art und Weise, wie es erklärt wird, so gestaltet sind, dass es leicht ist, die wichtigsten Fakten zu behalten. Wir versichern Ihnen, dass dies die aktuellsten Informationen sind, die wir gefunden haben, und dass wir darauf geachtet haben, dass sie aus zuverlässigen Quellen stammen. Wir sind sicher, dass die Lektüre dieses Artikels über PlayStation bei Ihnen neue Fragen aufwirft. Deshalb möchten wir Sie ermutigen, Ihrem Instinkt und Wissensdurst zu folgen und nach neuen Antworten zu suchen, die Sie sicher in anandapedia.com finden werden. Danke, dass Sie uns helfen, eine klügere und glücklichere Gemeinschaft zu schaffen.

La PlayStation (, Purei Sutshon) est une console de jeux vidéo de cinquième génération, produite par Sony Computer Entertainment à partir de 1994. La PlayStation originale fut la première machine de la gamme PlayStation, déclinée ensuite en PSone (une version plus petite et plus légère que l'originale).

Le , soit près de dix ans après son lancement, Sony annonce avoir distribué 100 millions de consoles dans le monde[4],[5] et plus de 962 millions de jeux PlayStation[6].

Histoire

Développement

La DualShock, dont la forme deviendra un standard pour les manettes des consoles PlayStation, PlayStation 2, PlayStation 3 et PlayStation 4.

En 1985, Nintendo avait travaillé sur la conception d'un lecteur supportant des disquettes pour la Famicom, le Famicom Disk System [7],[8], mais des problèmes survinrent. La nature magnétique réinscriptible de ces disquettes en faisait un support facilement effaçable (provoquant ainsi une baisse sensible de la durabilité), et exposé au danger de la contrefaçon. Par conséquent, lorsque furent mis au point les différents standards de CD-ROM, Nintendo se montre très intéressé et demanda à Sony de l'aider à développer un lecteur de CD-ROM additionnel pour sa future console SNES, sous le nom de SNES-CD. Le choix de Sony par Nintendo fut facilité car ceux-ci étaient déjà en collaboration dans la conception de la SNES. En effet, c'est Ken Kutaragi, futur « père de la Playstation », qui s'était chargé du développement du processeur sonore SPC-700 chez Sony. Nintendo, très satisfait de la qualité de ce processeur et du travail de Kutaragi, intégra cette puce dans sa console SNES. Un accord fut signé en 1988 pour le développement du SNES-CD, et le travail commença.

En 1991, le SNES-CD est annoncé par Sony au CES de Las Vegas, au mois de juin[9]. Cependant, lorsque le président de Nintendo Hiroshi Yamauchi relut le contrat original entre Sony et Nintendo, il constata que l'accord passé ne sécurisait pas assez le droit de licence que Nintendo appliquait alors aux éditeurs pour chaque cartouche produite, ainsi que les droits sur la technologie produite. Yamauchi était furieux. En effet, au lieu d'annoncer leur association le jour de la conférence de Nintendo au CES, le directeur de la filiale américaine Howard Lincoln monta sur la scène et révéla qu'ils étaient maintenant en partenariat avec Philips. Howard Lincoln et Minoru Arakawa se rendirent au siège de Philips en Europe, sans en informer Sony, et formèrent une alliance d'une nature totalement différente : une alliance qui donnerait le pouvoir total à Nintendo sur toutes les licences sur les futures machines de Philips.

L'annonce du CES fut un véritable choc. Non seulement ce fut une énorme surprise, mais cela fut perçu par beaucoup dans la communauté des affaires japonaises comme une trahison : une compagnie japonaise snobant une autre compagnie japonaise en faveur d'une firme européenne était absolument impensable. Après l'effondrement du projet commun, Sony pensa arrêter les recherches, mais finalement, la compagnie décida de réutiliser tout ce qui avait été développé en commun avec Nintendo pour en faire une console à part entière. Des contacts furent même établis avec Sega aux États-Unis, mais la maison-mère au Japon refusa toute collaboration. Cette décision motiva Nintendo à poursuivre Sony pour rupture de contrat devant la cour fédérale des États-Unis, ainsi que la tentative d'obtenir une interdiction de commercialisation de la PlayStation, avec comme argumentation que Nintendo possédait les droits du nom. Le juge fédéral refusa finalement l'interdiction. Ainsi, en octobre 1991, le premier modèle de la nouvelle Sony PlayStation fut révélé ; en théorie, environ 200 machines de ce type furent seulement produites.

Malgré leurs divergences et rancurs, les deux sociétés espérèrent trouver des intérêts commerciaux et industriels communs. Sony n'était pas forcément prêt à prendre le risque de se lancer seul sur ce marché, et Nintendo ne voulait pas manquer l'occasion de profiter d'un succès potentiel du projet de Sony, de plus sans devoir prendre en charge les coûts de fabrication de cette console. D'autant que le développement du SNES-CD avancait difficilement avec Philips, pour des raisons techniques. À la fin de l'année 1992, Sony et Nintendo essayèrent de trouver un accord pour que la Sony PlayStation puisse conserver son port cartouche pour les jeux SNES, mais encore une fois il ne parvinrent pas à se mettre d'accord sur la répartition des droits. Cependant, Sony réalisa que la technologie de la SNES commençait à montrer ses limites, et que la nouvelle génération de consoles était sur le point de voir le jour : les travaux commencèrent début 1993 pour renouveler le concept de la PlayStation pour cibler la nouvelle génération de logiciels et de matériel. Sony eu alors des discussions avec Commodore afin de racheter la technologie de leur Amiga CD32 (dont le lecteur CD était déjà fabriqué par l'entreprise japonaise[10]), mais elles n'aboutirent pas[11]. Finalement, le port SNES fut retiré, l'espace entre les deux mots fut enlevé, et la PlayStation naquit. Le logo PlayStation fut créé par Manabu Sakamoto, qui a également dessiné le logo des ordinateurs Sony VAIO.

La PlayStation reprend la vibration du Rumble Pak de la Nintendo 64 dans la manette DualShock en 1997. Depuis, toutes les manettes possèdent la vibration.

Lancement

La PlayStation est lancée au Japon le , le aux États-Unis, le en Europe[12], et en Océanie en . En Amérique, Sony profita d'un lancement réussi avec des titres de tous les genres comme Battle Arena Toshinden, Twisted Metal, Warhawk, Philosoma, Wipeout et Ridge Racer. Presque tous les titres de lancement de Sony et Namco ont donné lieu à des suites. Teiyu Goto, le designer de la manette, expliqua le choix de symboles plutôt que de lettres pour les boutons : « Le Triangle se réfère au point de vue : il représente la tête de tout un chacun ou une direction, et je l'ai voulu de couleur verte. Le Carré symbolise une feuille de papier : il représente les menus ou les documents, le tout de couleur rose. Le Rond et la Croix représentent le "oui" et le "non". Je les ai faits respectivement en rouge et en bleu[13]. »

Au lancement, la console est proposée à 299 $[14] aux États-Unis (un prix atteint par son successeur) et 2099 FF (441 de [15]) en France.

Jeux vidéo

Les titres les plus populaires sur PlayStation sont, Ridge Racer, Crash Bandicoot, Dragon Quest, Final Fantasy VII, Driver, Gran Turismo, Metal Gear Solid, Parasite Eve, Silent Hill, Spyro the Dragon, Tony Hawk's Skateboarding, Tekken, Tomb Raider, Castlevania: Symphony of the Night, Resident Evil et WipEout (ces quatre derniers jeux sont sortis également sur Sega Saturn)[réf. nécessaire].

Le record de vente revient au jeu de course Gran Turismo[3] avec 10,85 millions d'unités distribuées[16]. Tekken est le premier jeu PlayStation à dépasser la barre du million d'unités écoulées[17]. Le dernier jeu produit sur la console est FIFA Football 2005. Au , 4 944 titres ont été commercialisés au Japon, 1 335 en Amérique du Nord et 1 639 en Europe[18] avec des ventes cumulées de jeux s'élevant à 962 millions d'unités[6]. Depuis 2006, des jeux PlayStation sont réédités en téléchargement sur PlayStation 3, PlayStation Portable et PlayStation Vita (cf. liste de jeux PSOne téléchargeables).

Variantes

Le bloc laser (bloc optique) se situe en haut à gauche sous le couvercle CD, près de l'alimentation. Une première nouvelle version de la partie matérielle de la console est lancée début 1996. Elle fut produite en réponse des plaintes concernant la surchauffe des consoles[réf. nécessaire]. Sony a revu légèrement la carte mère de la console : celle-ci passe du modèle PU-7 à PU-8, la firme n'a pas changé les spécifications techniques finales ni esthétiques. Les composants montés en surface sont implantés sur les deux faces de la carte. L'alimentation possède une connectique 7 broches et a tendance à chauffer anormalement tant que celle-ci est reliée au secteur, y compris lorsque la console n'est pas utilisée.

À partir des modèles 5000, Sony a retiré les prises Cinch/RCA ainsi que l'alimentation du modulateur RF antenne (prise RF DC OUT pour l'accessoire SCPH-10070). L'alimentation est différente : simplifiée, elle ne chauffe plus de manière excessive et le brochage vers la carte mère est différent en passant à 5 broches. Le bloc optique est déporté sur la droite au centre du couvercle CD. La console embarque une nouvelle carte mère plus compacte : la PU-18. Aucun changement sur la connectique externe. La carte mère est encore modifiée : PU-20. Les composants sont dorénavant implantés uniquement sur la partie supérieure de la carte mère. Le port parallèle (qui fut rarement utilisé par Sony) a été retiré pour réduire les coûts de production. Nouveau modèle de carte mère toujours plus compacte : PU-23. Dernière version de carte mère produite pour les PlayStation grises, dites "fat".

Modèles consommateurs