Joe Biden

Weisheit besteht darin, dass wir die kleinen Wissensbrocken, die wir uns aneignen, wie die in diesem Artikel über Joe Biden enthaltenen, in Beziehung setzen und anwenden können. Wenn Sie also ein wenig mehr über die Informationen wissen, die wir heute über Joe Biden haben, kommen Sie der Weisheit ein Stück näher, aber es ist Ihre Aufgabe, zu wissen, wann und wie Sie all die Daten, die wir Ihnen in diesem Artikel anbieten, nutzen. Wir hoffen, dass Sie davon Gebrauch machen werden.

In unserem Bemühen, dir zu helfen, den Weg zur Weisheit und damit zu dem Glück zu finden, das diejenigen, die an Ananda glauben, glauben, dass es schenkt, haben wir versucht, deine Reise durch diesen Artikel über Joe Biden so weit wie möglich zu vereinfachen. Sie werden sehen, dass sowohl das Layout als auch die Art und Weise, wie es erklärt wird, so gestaltet sind, dass es leicht ist, die wichtigsten Fakten zu behalten. Wir versichern Ihnen, dass dies die aktuellsten Informationen sind, die wir gefunden haben, und dass wir darauf geachtet haben, dass sie aus zuverlässigen Quellen stammen. Wir sind sicher, dass die Lektüre dieses Artikels über Joe Biden bei Ihnen neue Fragen aufwirft. Deshalb möchten wir Sie ermutigen, Ihrem Instinkt und Wissensdurst zu folgen und nach neuen Antworten zu suchen, die Sie sicher in anandapedia.com finden werden. Danke, dass Sie uns helfen, eine klügere und glücklichere Gemeinschaft zu schaffen.

Joseph Robinette Biden, Jr, couramment appelé Joe Biden (/do ba.dn/[a]), né le à Scranton, en Pennsylvanie, est un homme d'État américain. 47e vice-président des États-Unis de 2009 à 2017, il est le 46e président des États-Unis depuis 2021.

Sénateur pour le Delaware de 1973 à 2009, il est considéré comme appartenant à laile modérée du Parti démocrate et préside le comité judiciaire et criminel de la chambre haute du Congrès de 1987 à 1995. Il est également à la tête à deux reprises, entre 2001 et 2009, du comité des affaires étrangères du Sénat.

Candidat malheureux aux primaires démocrates pour lélection présidentielle de 1988 et à nouveau en 2008, il est choisi par Barack Obama pour être son colistier comme candidat à la vice-présidence des États-Unis pour l'élection de 2008. Il est élu avec celui-ci, puis réélu lors de l'élection de 2012.

En 2020, il remporte les primaires présidentielles démocrates et choisit Kamala Harris comme colistière. Il remporte lélection générale face au président sortant, Donald Trump. À 78 ans, il devient le président le plus âgé à entrer à la Maison-Blanche et le deuxième président de confession catholique (soixante ans après John Fitzgerald Kennedy), après avoir été le premier vice-président catholique de l'histoire américaine.

Sa première année de présidence est marquée par sa politique de relance face à la pandémie de Covid-19 (American Rescue Plan Act) pour aider le pays à se remettre de la pandémie et de la récession en cours, ainsi que par une série de décrets exécutifs. Il annule ainsi plusieurs décisions politiques de l'administration Trump, avec notamment la réadhésion à l'Accord de Paris sur le climat et l'acceptation de nouveaux bénéficiaires du programme DACA pour les arrivées d'enfants étrangers sur le territoire, bien qu'un juge fédéral ait bloqué cette mesure. Il achève le retrait des troupes signé par Donald Trump en ce qui conduit au retrait total des États-Unis d'Afghanistan. Cela débouchera quelques semaines plus tard sur l'effondrement du gouvernement en place et la reprise du pouvoir par les Talibans, vingt ans après en avoir été chassés. Joe Biden lance aussi un vaste programme nommé Build Back Better Plan, dont une partie (Infrastructure Investment and Jobs Act) est intégrée dans la loi bipartite sur l'investissement dans les infrastructures et l'emploi qu'il promulgue en . Au cours de linvasion russe de l'Ukraine, il autorise le lancement de sanctions économiques contre la Russie et supervise lenvoi darmement à lUkraine.

Situation personnelle

Naissance et famille

Joseph Robinette Biden, Jr.[b] naît le à Scranton en Pennsylvanie dans une famille catholique irlandaise modeste. Il est le fils de Joseph R. Biden, Sr. (1915-2002) et de son épouse Catherine Eugenia Biden, née Finnegan (1917-2010). Ses ancêtres irlandais sont originaires du comté de Londonderry, du comté de Louth[1] et de la ville de Ballina[2]. Sa grand-mère paternelle, Mary Elizabeth Biden (née Robinette), descend de huguenots français ayant émigré en Angleterre puis en Pennsylvanie[3].

Joseph Biden est issu d'une famille de quatre enfants, dont il est l'aîné. Il grandit avec sa sur Valerie Biden Owens (en) et ses deux frères Francis et James[4], d'abord à Scranton puis, après ses 10 ans, à Claymont dans le comté de New Castle, État du Delaware, où son père (fils d'un ancien dirigeant d'American Oil Company ayant fait faillite[5]) vend des voitures.

Scolarité et études

Enfant, Joe Biden souffre de bégaiement[6], un handicap qu'il devra surmonter tout au long de son existence[7].

Diplômé d'histoire et de science politique en 1965 à l'université du Delaware, il poursuit des études supérieures à la faculté de droit de l'université de Syracuse. Il y rencontre Neilia Hunter qu'il épouse en 1966 et avec qui il a trois enfants.

Après avoir obtenu un diplôme en droit en 1968, il commence une carrière juridique à Wilmington (Delaware)[8].

Vie familiale

Premier mariage

En , sa femme et leurs trois enfants sont victimes dun accident de la route, leur voiture ayant été percutée par le tracteur d'une semi-remorque. Son épouse et sa fille Naomi Christina, âgée de 13 mois, sont tuées, et ses deux fils de trois et deux ans sont grièvement blessés[9]. Élu sénateur, Biden prête serment depuis l'hôpital où ses garçons sont admis[10]. Par la suite, Biden déclare plusieurs fois que le conducteur du camion conduisait sous l'empire d'un état alcoolique, mais la famille du chauffeur a nié cette affirmation et la police ne l'a jamais prouvée[11],[12],[13],[14].

Second mariage

Joe Biden avec sa femme Jill peu de temps après leur rencontre.

Le sénateur Joe Biden élève seul ses deux fils Beau et Hunter puis se remarie, en 1977, avec Jill Tracy Jacobs, enseignante, titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation de l'Université du Delaware, avec qui il a une fille, Ashley, née en 1981[15],[16],[10].

Son fils aîné, Beau Biden, est élu procureur général du Delaware en 2006 et 2010[17] après avoir été capitaine dans une unité de la garde nationale du Delaware, et avoir servi en tant que major durant la guerre en Irak de 2003[17],[18]. Il meurt à 46 ans d'un cancer du cerveau, en 2015. Son second fils, (Robert) Hunter Biden, plus controversé[16], est avocat à Washington ; sa participation à partir de 2014 au directoire d'une des plus importantes compagnies gazières ukrainiennes, Burisma (en) suscite des controverses en lien notamment avec la fonction de son père[19],[20],[21],[22]. Ashley Biden, sa benjamine, est diplômée en anthropologie culturelle de l'Université de Tulane ; écologiste engagée en faveur de l'environnement, elle a fondé une marque éthique et travaille comme travailleuse sociale[16]. Par ses deux fils, Joe Biden est le grand-père de sept petits-enfants[23].

Ascension politique

Débuts

Joe Biden est membre du conseil du comté de New Castle, dont il occupe le 4e siège du au . Pendant son mandat au conseil de comté, Biden s'oppose aux grands projets d'autoroutes, qui, selon lui, pourraient perturber les quartiers de Wilmington[24]. Avant même d'être officiellement intronisé à ce mandat, Biden évoque déjà sa candidature sénatoriale quelques années plus tard[25].

Sénateur pour le Delaware

En , il est élu au Sénat des États-Unis sous létiquette du Parti démocrate : à l'âge de 29 ans, il devient le cinquième plus jeune sénateur de l'histoire[26]. Il est constamment réélu jusqu'à son accession à la vice-présidence des États-Unis, recueillant régulièrement environ 60 % des votes[27].

Politique intérieure

Président de la commission judiciaire du Sénat de 1987 à 1995, Joe Biden parvient à bloquer la nomination de Robert Bork à la Cour suprême des États-Unis et tente aussi, sans succès, de bloquer celle de Clarence Thomas, lors de sa nomination par le président George H. W. Bush. Les deux procédures sont marquées au Sénat par des attaques personnelles.

Parmi les lois dont Joe Biden est l'auteur ou le coauteur, la plus reconnue est celle de 1994 sur les crimes violents intitulée Violent Crime Control and Law Enforcement Act of 1994, plus connue sous le nom de « Biden Crime Law », celle également contre la violence domestique sur les femmes de 2000 (Violence Against Women Act of 2000) mais dont une partie est déclarée par la suite inconstitutionnelle et enfin les lois contre les narcotrafiquants. Joe Biden est un farouche partisan de la propriété intellectuelle, lié à la Recording Industry Association of America, la Motion Picture Association of America et la Business Software Alliance. Il est un fort soutien du Digital Millennium Copyright Act[28].

Au comité des affaires étrangères

Membre du comité des affaires étrangères du Sénat, il en devient le chef de la minorité démocrate en 1997. En tant que tel, il est l'un des premiers, au milieu des années 1990, à demander la levée de l'embargo sur les armes à destination des musulmans de Bosnie[29] lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine et à qualifier le président serbe Slobodan Miloevi de criminel de guerre. Il fut le coauteur en 1999, avec le républicain John McCain, futur adversaire d'Obama en 2008, d'une résolution du Congrès autorisant le président Bill Clinton à utiliser la force nécessaire pour faire cesser les violences contre les droits de l'homme au Kosovo[30].

Après les attentats du 11 septembre 2001, en tant que président du Comité des affaires étrangères du Sénat, il est le premier élu américain à se rendre en Afghanistan, en , après la chute des talibans[31]. Durant la présidence de George W. Bush, il soutient ainsi le président Hamid Karzai contre ceux qui, au sein de l'administration, préfèrent modérer son pouvoir en favorisant un schéma décentralisé et régional, quitte à favoriser les seigneurs de guerre[31].

Par ailleurs, Joe Biden organise des auditions sur l'Irak. Il en conclut alors que les États-Unis « n'ont d'autre choix que d'éliminer Saddam Hussein » mais soutient une opération menée dans le cadre de l'ONU[29]. Comme l'extrême majorité du Congrès, il vote également en faveur du Patriot Act et, en , en faveur de la résolution autorisant le président George W. Bush à mener des opérations militaires à l'encontre de l'Irak[9]. Il n'en devient pas moins l'un des plus virulents critiques de la gestion de l'après-guerre, proposant la prise en charge par la communauté internationale de l'occupation du pays, ainsi que la partition de lIrak entre chiites, sunnites et Kurdes[32]. L'historien Jean-Pierre Filiu estime que « la vision de lIrak par Biden est définie par des critères strictement confessionnels, sans prise en compte du sentiment national irakien, ni des conséquences pour le reste du Moyen-Orient dun éclatement du pays. [...] Dans un Irak encore largement multicommunautaire, surtout à Bagdad, le « plan Biden » aurait contribué, sil avait été adopté, à accélérer le nettoyage ethnique perpétré par les milices confessionnelles[33]. »

Il considère aussi que l'administration Bush se concentre trop sur l'Irak au détriment de l'aide à la reconstruction de l'Afghanistan[31]. Après y avoir été favorable, il s'est opposé, sans succès, au renforcement militaire des troupes militaires américaines en 2007 déclarant que le renforcement des effectifs sur place n'était « pas dans l'intérêt de la nation[34] ».

Primaires présidentielles démocrates