Arvind Kejriwal

Weisheit besteht darin, dass wir die kleinen Wissensbrocken, die wir uns aneignen, wie die in diesem Artikel über Arvind Kejriwal enthaltenen, in Beziehung setzen und anwenden können. Wenn Sie also ein wenig mehr über die Informationen wissen, die wir heute über Arvind Kejriwal haben, kommen Sie der Weisheit ein Stück näher, aber es ist Ihre Aufgabe, zu wissen, wann und wie Sie all die Daten, die wir Ihnen in diesem Artikel anbieten, nutzen. Wir hoffen, dass Sie davon Gebrauch machen werden.

In unserem Bemühen, dir zu helfen, den Weg zur Weisheit und damit zu dem Glück zu finden, das diejenigen, die an Ananda glauben, glauben, dass es schenkt, haben wir versucht, deine Reise durch diesen Artikel über Arvind Kejriwal so weit wie möglich zu vereinfachen. Sie werden sehen, dass sowohl das Layout als auch die Art und Weise, wie es erklärt wird, so gestaltet sind, dass es leicht ist, die wichtigsten Fakten zu behalten. Wir versichern Ihnen, dass dies die aktuellsten Informationen sind, die wir gefunden haben, und dass wir darauf geachtet haben, dass sie aus zuverlässigen Quellen stammen. Wir sind sicher, dass die Lektüre dieses Artikels über Arvind Kejriwal bei Ihnen neue Fragen aufwirft. Deshalb möchten wir Sie ermutigen, Ihrem Instinkt und Wissensdurst zu folgen und nach neuen Antworten zu suchen, die Sie sicher in anandapedia.com finden werden. Danke, dass Sie uns helfen, eine klügere und glücklichere Gemeinschaft zu schaffen.

Arvind Kejriwal (en hindi : ) est un homme politique indien né le , fondateur du parti politique Aam Aadmi et récipiendaire du prix Ramon Magsaysay en 2006 pour son action contre la corruption. Il est ministre en chef de Delhi depuis le 14 février 2015. Opposant au Premier ministre Narendra Modi, celui-ci fait adopter en 2021 une législation spéciale lui retirant la plus grande partie de ses pouvoirs.

Enfance et formation

Arvind Kejriwal nait le 16 août 1968 à Siwani, un village du district de Bhiwani dans l'Haryana. Il est l'aîné de trois enfants dans une famille aisée. Son père, Gobind Ran Kejriwal, est ingénieur électricien, et sa mère Gita Kejriwal une femme au foyer qui a réussi une excellente scolarité, fait exceptionnel car les filles de son village n'étaient en général pas éduquées. Son grand-père paternel Mangal Chand Bansal est un homme d'affaires fondateur de nombreuses entreprises et un riche propriétaire terrien.

Poussé par sa mère, les résultats scolaires du jeune Arvind Kejriwal sont brillants, il est studieux et finit régulièrement premier de sa classe. Après avoir hésité avec une carrière de médecin, il rejoint l'institut indien de technologie de Kharagpur. Contrairement à la plupart de ses camarades, il choisit de rester en Inde pour l'ensemble de ses études[1].

Carrière professionnelle

Après avoir obtenu son diplôme, Kejriwal rejoint en 1989 Tata Steel, une entreprise sidérurgique du groupe Tata. Il en démissionne en 1991 et rejoint Mère Teresa à lhôpital de Nirmal Hriday à Calcutta. Il y reste un mois, puis participe à différentes uvres sociales en attendant les résultats des concours administratifs qu'il avait passés.

En août 1992, il rejoint le département des impôts (Indian Revenue Service), où il découvre l'ampleur de la corruption généralisée quand son supérieur lui explique qu'il faut « mettre assez d'argent de côté pendant les premières années pour pouvoir être honnête le reste de sa carrière »[1].

Militantisme anti-corruption

En 2000, Kejriwal fonde Parivartan (« changement » en hindi), organisation qui a pour but d'aider la population à lutter contre la corruption et le manque de transparence des institutions indiennes. Il reçoit le prix Ramon Magsaysay du dirigeant naissant en 2006 pour son action[2].

Il participe au mouvement anti-corruption indien de 2011 d'Anna Hazare.

Aam Aadmi

En 2012, Kejriwal rompt avec Anna Hazare qui ne souhaitait pas que le mouvement entre en politique et fonde le « parti de l'homme ordinaire » (Aam Aadmi Party).

AAP termine deuxième des élections à Delhi en décembre 2013 et Kejriwal devient ministre en chef d'un gouvernement de coalition[3]. Il démissionne 49 jours plus tard après avoir échoué à faire passer une loi anti-corruption[4].

Kejriwal est mentionné parmi les 100 personnalités les plus influentes par Time en 2014[5].

Il est à nouveau candidat au poste de ministre en chef de Delhi lors des élections du face à son ancienne camarade du mouvement anti-corruption Kiran Bedi, candidate pour le Bharatiya Janata Party (BJP)[6]. Aam Aadmi remporte 67 des 70 sièges, ce qui permet à Kejriwal de retrouver son poste un an jour pour jour après sa démission. Il prête serment le 14 février 2015[7],[8]. Ce résultat est la première défaite électorale du BJP depuis l'accession de Narendra Modi au poste de Premier ministre de l'Inde[9].

Le BJP mène à l'approche des élections de 2020 une campagne extrêmement agressive contre lui, l'accusant notamment de terrorisme et cherchant à exacerber les tensions religieuses[10]. Il est cependant confortablement réélu, son parti obtenant 62 des 70 sièges de lassemblée de Delhi.

Narendra Modi fait adopter en avril 2021 une législation spéciale, entièrement dirigée contre Arvind Kejriwal, lui retirant une grande partie de ses pouvoirs au profit du lieutenant-gouverneur de Delhi, nommé par le gouvernement. Arvind Kejriwal ne peut désormais plus intervenir sur les sujets de la lutte contre la corruption, de léducation, de la santé, du bien-être social, du tourisme, des hôpitaux et des transports[11].

Notes et références

  1. Ramon Magsaysay Award Foundation, « Kejriwal, Arvind », sur RMAF (consulté le )
  2. Ramon Magsaysay Award Foundation, « Kejriwal, Arvind », sur RMAF (consulté le )
  3. « INDE Le Parti de l'homme du peuple, au pouvoir », sur Courrier international (consulté le )
  4. « INDE Une démission pas ordinaire », sur Courrier international (consulté le )
  5. Rajdeep Sardesai, « Arvind Kejriwal: The Worlds 100 Most Influential People », sur TIME.com, (consulté le )
  6. « Arvind Kejriwal May Just Have Pulled it Off, Show Exit Polls », sur NDTV.com (consulté le )
  7. « Delhi chief 'to end VIP culture' », sur BBC News (consulté le )
  8. « Inde: victoire surprise d'un parti anticorruption à Delhi », sur L'Express (consulté le )
  9. « Inde : premier revers électoral pour Modi », sur Le Monde (consulté le )
  10. « A Delhi, un scrutin local aux allures de test pour Modi », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  11. « Les nationalistes hindous échouent à Delhi malgré une intense campagne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)